Menu   |    Précédent    |    Suivant

 

 financequébec!

 

Edouard Montpetit (n'a pas seulement été une station de métro)
Pourquoi une section sur l'économiste et juriste québécois, Edouard Montpetit ?
 Par plaisir et curiosité pour l'histoire du Québec,  mais aussi en raison des conseils et des leçons qu'il lègue à notre génération.

Que nous enseigne Édouard Montpetit ?
Puisque finance-quebec.com est axé sur le monde de la finance, nous rapportons ici les passages clefs du tome 1 de La conquête économique - Les forces essentielles (1939), un recueil de réflexions d'Edouard Montpetit sur la dimension économique du Canada français rédigé entre 1917 et 1939.

 Le tome est disponible dans sa totalité et en ligne dans la bibliothèque numérique de l'UQAC : Classiques des sciences sociales
   
Edouard Montpetit nous donne un aperçu des problèmes qui pesaient sur le Québec de son époque. Nombreux parmi ceux-ci ne correspondent plus à la réalité que nous connaissons. Les connaître permet cependant de se rappeler qu'avec un peu d'imagination les difficultés que traverse le Québec
d'aujourd'hui peuvent elles aussi être dépassées. Certains problèmes que rapporte Montpetit demeurent hélas d'actualité, mais La conquête économique regorge heureusement de solutions et de conseils pour les surmonter.
 
Ce qui frappe de s
es observations, c'est qu'elle montre la constance de ces thèmes et comment elles auraient aussi bien peu être émises pour décrire 2010. On voit aussi chez lui un archétype Québécois pour qui tout revient à la survie identitaire. A la fois canadien français et économiste, il observait comment la langue et l’identité subissaient les soubresauts de l’économie mais inversement aussi comment celle-ci pourrait être exploitée comme levier pour assurer la sécurité identitaire du Québec.

Commençons.

Que disait-il du rôle de l’économie ?
P11 « Comment avoir une économie qui nous soit propre si les leviers de l’argent sont manœuvrés par d’autres ? »

« Je ne voulais pas que les préoccupations d’ordre matériel occupassent la première place ;  je les tenais pour secondaires dans le plan national et je ne voyais que leur valeur pour notre défense et notre rayonnement. »

P31 « La question nationale est, pour une bonne part, une question économique. Non pas que la fortune soit suprême, elle n’est qu’un moyen, mais combien fort. Que la conquête économique soit l'oeuvre de demain. Elle nous donnera un élément d’égalité, sinon de supériorité, car nous resterons enclins par nature à cultiver la pensée, à rechercher l’expression, à répandre l’art »

Que disait-il l’éducation ?
P12 « Notre enseignement a longtemps vécu au-delà de la réalité, dans le domaine de l’esprit. Il a été surtout littéraire et philosophique, d’une philosophie livresque dans contact avec la vie. Cet enseignement accentuait nos défauts, la manie de l’éloquence, satisfait d’elle et considérée à l’égal d’un acte, en sorte que, quand elle avait parlé, elle nous laissait repus de verbiage, en face d’un adversaire armé de volonté et d’actions. »

Après le démantèlement du cours classique au Québec, le problème que soulevait Montpetit ne se pose plus, mais en contrepartie, le Québec a détruit une des institutions qui démarquait la société française en Amérique. Nous avons démocratisé l’éducation ce qui était nécessaire et qui permit de moderniser le Québec en accéléré, mais nous avons détruit une façon extraordinaire de former l'esprit que nous n’avons pas remplacée).  L’essentiel de cette formation était d'enseigner à réfléchir profondément, avec précision et de communiquer avec souplesse.

Une définition de l’identité canadienne-française et son rapport avec la culture anglo-saxonne
P13 « En est-il un qui ait défini le Canadien français ? Être canadien, c’est être attaché à notre territoire ;  être français, ce n’est pas être attaché à la France, mais c’est accepter de garder sur cette terre l’héritage français. » 

P24 « c’est être attaché à notre terre, à notre histoire ; vivre un tradition. »

P13
« Nous subissons le contact et la poussée de groupes ethniques qui vivent à nos côtés ou qui nous pénètrent. Nous leur emprunterons des moyens d'action, mais à la condition de nous être au préalable fortifiés de nos traditions ; de nous être fait un "coffre", c'est-à-dire une psychologie forte, un caractère. Se replier sans cesse sur soi-même, surtout quand la source de vivification s'appauvrit par des circonstances d'espace ou de temps, c'est s'étioler »

« Or, comment renforcer nos traditions sans les connaître, sans apprécier les valeurs de civilisation que nous portons en nous. »

Que disait-il du français et de son rapport avec l’anglais ?
P15 « Le français est notre langue maternelle : nous lui devons tous les égards. C'est la voix "du cœur et du foyer", une de nos loyautés et le signe de notre civilisation. Si nous voulons une économie qui soit nôtre, nous ne la réaliserons que dans le respect et le culte de notre langue, qui en deviendra l'expression et la force, c'est-à-dire la raison d'être. Ainsi apparaît la valeur économique du français, et combien nous gagnerions en puissance et en rayonnement à le bien parler. Le négliger, c'est nous résoudre à l'emprise anglaise ou américaine dans tous les domaines. L'anglicisé en est là. »

P17 « C’est en anglais que nous serons entendus par nos compatriotes de descendance anglo-saxonne. Dan les Chambres fédérales, nous n’avons guère d’autres instrument de persuasion et la conduire des affaires est à ce prix, l’inégalité coutumière en ce pays où nous avons  pour lutter emprunté jusqu’aux moyens de l’adversaire. »

« Dès lors, prenons-en notre parti, et, puisque nous y sommes contraints, sachons tirer de l’anglais une discipline. Consentons à l’apprendre intelligemment, à le raisonner, à le juger, à percer le mot jusqu’à l’idée, pour le comparer avec exactitude à celui qui lui correspond en français, afin, qu’il serve à aviver chez nous le souci de l’expression et, en définitive, à défendre notre parler. »

« Deux principes me paraissent essentiels ; apprendre d’abord la langue maternelle et bien l’apprendre, ce qui n’est pas toujours notre fait ; rechercher ensuite dans l’anglais l’appoint d’une langue enseigné en fonction du français. »

P18 « Car il faut faire de l’anglais, un instrument de culture française par le rapprochement des mots, des tournures, de la syntaxe surtout. Pratiqué ainsi avec intérêt, il sera mis au service de notre langue maternelle. D’une étude jusqu’ici fastidieuse, on fasse la source de nouvelles clartés 

Le purisme c’est cela, au moins pour nous qui vivons dans l’ambiance anglo-américaine. »

« L’anglais, poursuivi jusque dans ses nuances, nous aidera donc aussi à défendre notre langue. Nous y trouverons une occasion de plus de bannir [la peur  ] qui nous ronge ; connaissant l’anglicisme, nous le fuirons. »

Les pays scandinaves comme autre référence
P27 « Que serait notre agriculture si nous entendions les conseils de la science pour nous prêter à la  coopération et régler nos marchés. C’est la formule heureuse où le Danemark a puisé sa rénovation. Sa population dépasse à peine celle de notre province. Cependant, le Danemark frappe par l’essor et l’intensité de sa vie économique. Il s’est instruit avec résolution, et il a compris et disséminé l’idée de la coopération. De pauvre qu’il était, presque en danger de périr, est devenu conquérant. »

« Nous nous limitons à la petite et à la moyenne exploitation. Par malheur, nos entreprises ne durent pas ; elles cèdent à la 2e génération ou s’abandonnent à plus puissants qu’elles. »

Que disait-il de notre rapport avec la francophonie nord-américaine ?
P27 « Qui affirmerait que les Canadiens français s’intéressent à leurs congénères, de l’Acadie ou des États-Unis ? Ils ont pour eus une pensée émue, voire fraternelle ; mais le feu que l’esprit entretient est vite oublié »

La notion de caisse de dépôt  pour contrer l’exode du capital et sa non-utilisation
« Nous ne manquions pas de capital au point que nous croyons. Une partie se place, mais le plus souvent au service des autres. Quand pratiquerons-nous la solidarité de l’argent »
 
Le poids de la chose politique au Québec
P31 « Il faut des hommes politiques, sans aucun doute. C’est à la politique que nous devons nos succès passées. Mais ce que je crains, c’est que le politique ne soit une trop forte mangeuse d’hommes. Pour quiconque prononce avec une certaine allure quelques discours, nous rêvons aussitôt un avenir parlementaire. C’est clairsemer des rangs déjà bien serrés. Gardons quelques électeurs. »
 
La nécessité d'une état social - c’est de trop bien connaître l’homme
P44 « Afin de sauvegarder l’industrie et son expansion, des écrivaints, que n’émeut pas le malaise social, conseillent à l’État de ne pas intervenir. Optimistes à la manière des premiers économistes, ils condamnent la législation sociale au nom du progrès. Cette conception ne manque pas de grandeur, mais la recherche incessante du l’intérêt personnel conduit aux pires abus et à de terribles réactions.
 
L’intervention de l’état est une nécessité sociale. La collectivité ne saurait se désintéresser du  bien-être des individus ni permettre, fût-ce sous le noble prétexte de respecter les libertés économiques, que l’injustice et la souffrance menacent le grand nombre. Il y a au-dessus des lois économiques, les lois d’humanité »
 
Nationalisme québécois défini
P108 « Etre, vivre, durer » 

Pour faire carrière en haute finance en Angleterre, visitez le site de l'Association des Québécois à Londres: www.survivrelondres.co.uk