Menu   |    Précédent    |    Suivant

 

 financequébec!

 

France /Allemagne : y travailler en finance et en informatique

Cette page identifie les possibilités et les défis que vous rencontrerez en Allemagne et en France si vous n'avez pas beaucoup d'expérience de travail.

L'Allemagne et la France ne sont pas immédiatement deux marchés du travail qui viennent à l'esprit quand on veut travailler en haute finance et que l'on vit à proximité des
États-Unis. Pourtant, chacun de ces pays offre des possibilités de carrière, que l'on perd à méconnaître. Avant de les présenter, cernons en premier les défis que présente chaque marché au professionnel québécois. L'Allemagne, elle, pose le défi de la langue et quant à la France, celle-ci connait à la fois un problème de chômage de ses jeunes diplômés et un marché du travail qui, prétend-on, affectionne les diplômés de son réseau d'universités de prestige, les Grandes Écoles, à l'exclusion très souvent de tout.

Allemagne
Le domaine bancaire allemand, bien que plus petit que celui de Londres, demeure après lui le deuxième marché financier européen et est très orienté vers les marchés étrangers. Bien sûr, il y a le défi de la langue, mais vous avez l'avantage de parler le français et l'anglais ce qui vous permet plus de latitude en matière de recherche d'emploi dans des rôles orientés sur le marché étranger.

Un autre domaine qu'il faut explorer est le secteur de l'informatique car il existe une pénurie d'informaticiens en Allemagne. Bien que plusieurs entreprises opèrent dans le TI, le système universitaire allemand n'a pas su formé suffisamment de diplômés dans le domaine. La pénurie est telle que l'Allemagne, pays normalement réfractaire à l'immigration (en comparaison avec le Québec), a adopté une système de visa de travail appelé green card donnant accès aux entreprises allemandes à un processus accéléré en matière de recrutement de spécialistes informatiques non-européens. La green card offre notamment un moratoire à l'exigence de connaître la langue allemande pour ne pas contraindre davantage le secteur informatique allemand.

Ressources pour travailler en Allemagne
www.journey-to-germany.com/index.html
www.workpermit.com/news/german_green_card_program.htm
www.mysme.de
www.michaelpage.de
www.bankingconsult.de
www.germangreencards.com
www.rekruter.de
www.access.de
www.europa.eu.int/eures/home.jsp?lang=fr
www.focus-migration.de/Die_Deutsche_Green_C.1198.0.html
www.eurolondon.de/content_ger/home.asp

www.f-finance.de/index.php?action=home&lang=en
www.roberthalf.de


France
La France comme l'Allemagne connait une pénurie d'informaticiens, ce qui ouvre de nombreuses possibilités d'embauche aux Québécois. De plus, plusieurs entreprises québécoises y sont présentes ce qui facilite les demandes de mutation. Des opportunités en TI existent aussi dans le secteur financier notamment à la bourse, dans les compagnies de courtage, les salles d'opérations post-marché (back-offices) de fonds d'investissement et banques qui ont d'importants réseaux et des infrastructures informatiques nécessitant des informaticiens et des programmeurs spécialisés pour en assurer le développement et le maintien.

Pour ce qui est de possibilités de travail pour les Québécois en dehors de la TI, les opportunités sont limités pour deux raisons. Premièrement, la France comme l'Allemagne a une tradition établie dans le secteur industriel et a de nombreux centres de savoir qui lui permet de
s'approvisionner domestiquement en employés qualifiés.  I
l en va de même pour le secteur de la haute finance qui de plus, étant plutôt franco-français est moins orienté sur l'international que l'Allemagne et a donc moins besoin d'un personnel étranger. Deuxièmement, et sans doute le plus grand défi est celui de l'importance qu'accordent les employeurs français aux diplômes et aux Grandes Écoles. Comme partout à travers le monde, il va de soi qu'un employeur préfère un candidat diplômé à celui qui ne l'est pas. Or, en France, le diplôme est le critère le plus important d'embauche et de promotion. Si les Français qui sont en dehors du cercle des Grandes Écoles se trouvent exclus des emplois les plus convoités en France même, il est entièrement probable qu'un Québécois connaisse les mêmes déplaisirs.


Ressources pour travailler en France

www.jobfinance.com
www.michaelpage.fr
www.quebecfrance.info :  site d'expatriés québécois et canadiens en France 
www.directioninformatique.com/DI/client/fr/DirectionInformatique/Nouvelles.asp?id=36036
: les informaticiens québécois en France

Pour faire carrière en haute finance en Angleterre, visitez le site de l'Association des Québécois à Londres: www.survivrelondres.co.uk